×
Contenu Réservé
Le contenu sur ce site est réservé à un public adulte Si vous avez plus de 18 ans vous pouvez cliquer sur continuer pour confirmer.
Traiter les pannes sexuelles et l'impuissance est réalisable si vous choisissez la bonne formule. Nous vous invitons à lire l'avis des sexologues sur le produit VIGARoc, le produit le plus recommandé par les sexologues aux États-Unis.

Bon nombre d’hommes croient avoir un micropénis, alors qu’en réalité, ce n’est nullement le cas. Ainsi, une étude sur la taille normale du pénis a été faite.

La taille moyenne du pénis se définit par deux critères : sa longueur et sa largeur. Les chiffres sont également classés en deux catégories, à savoir quand le pénis est au repos et quand il en érection.

Messieurs, vous pouvez vous-même faire le test pour éviter des obsessions sur votre soi-disant petit pénis. En effet, selon une enquête menée auprès de 90 hommes qui se croient avoir un micropénis, 0 % avaient un micropénis.

Qu’est-ce qu’un micropénis ?

Un micropénis existe bel et bien, mais la plupart des hommes qui croient en avoir ont la taille classée moyenne.

Notons que le pénis se développe à partir du septième mois de grossesse. Et sa croissance dépend des hormones du foetus. Un micro pénis peut être diagnostiqué dès la naissance du petit garçon.

Si le sexe du petit bonhomme, étiré et mesuré depuis l’os du pubis jusqu’au bout de son pénis, est moins de 1,9 cm, le petit a un micropénis. À l’âge de la puberté, le jeune garçon a un micropénis si la taille est inférieure à 7 cm au repos, et 12 cm en érection. À l’âge adulte, la taille moyenne du sexe masculin est de 8 cm au repos, et 12 cm lorsqu’il bande.

Si la croissance du pénis s’accentue pendant la puberté, il continue toutefois à se développer au fil des années, sous l’effet de la testostérone.

Le micropénis est souvent diagnostiqué chez les hommes en surpoids. En réalité, ils n’ont pas un sexe très court, mais plutôt un pénis enfoui. En effet, la partie du pénis attaché au pubis est entourée de graisse. L’homme pense directement qu’il en a un tout petit.

Quelles sont les causes d’un micropénis ?

Les causes les plus fréquentes d’un micropénis sont hormonales. Selon des études scientifiques, il peut être le résultat d’une anomalie chromosomique, d’une malformation congénitale, ou bien lié à des idiopathiques.

Les facteurs environnementaux peuvent également être l’origine d’un micropénis. Une mère souvent exposée à des insecticides pendant la grossesse augmente le risque d’une malformation génitale, favorisant un micropénis chez son enfant.

En général, un micropénis est la conséquence d’un déficit hormonal lié à la testostérone foetale. Dans le cas où la testostérone est produite convenablement chez l’homme ayant un micropénis, c’est du côté des tissus de la verge qu’il y a un problème. La raison est que les tissus hormonaux composant cette dernière ne réagissent pas à la présence de l’hormone masculine.

Les traitements possibles en cas de micropénis ?

Quelle qu’en soit la cause d’un micropénis, ce n’est en aucun cas une malformation puisque cette taille n’affecte pas la fonctionnalité de cet organe. Même si votre sexe n’est pas aussi gros, il peut bien bander durement, il peut vous procurer de l’orgasme et vous donner des progénitures.

Cependant, cette taille reste gênante dans la vie sexuelle d’un homme. Le fait qu’un homme veut avoir un plus gros sexe est compréhensible. Ainsi, plusieurs solutions sont proposées en cas de micropénis.

➢ Les traitements hormonaux dès la naissance

Comme nous l’avons expliqué plus haut, l’une des causes les plus fréquentes du micropénis est la carence hormonale. Il faut donc diagnostiquer la taille du pénis d’un enfant dès sa naissance.

Si l’enfant a vraiment un micropénis, il faut penser à un traitement hormonal. Il faut des injections de testostérone, sur une durée de 3 mois. Il faut réagir dès la naissance de l’enfant, car la majorité des injections à l’adolescence n’ont pas fonctionné.

➢ La chirurgie du pénis

La chirurgie du pénis devient de plus en plus une pratique courante pour résoudre le problème de micropénis. Il y a deux types d’opérations pour allonger ou élargir la taille de l’appareil génital de l’homme.

Même s’il y a des risques, comme dans la chirurgie mammaire, plusieurs hommes ont été satisfaits du résultat.

➢ Les méthodes pratiques pour agrandir la taille du pénis

Le Jelqing :

C’est une méthode naturelle employée par les hommes ayant un petit pénis et qui cherche comment agrandir et grossir la taille du pénis. Il consiste en un massage du sexe, réalisé avec les mains, améliorant la circulation sanguine permettant d’avoir un pénis plus large et plus long.

Pratique : avec une lubrifiante, prenez votre sexe avec votre main dominante. Avec le pouce et l’index, massez-vous le sexe de l’extrémité jusqu’à l’os du pubis, comme si vous vous masturbiez, mais éviter d’éjaculer. Le but est d’améliorer la circulation du sang de votre pénis. Faites le massage pendant 15 min par jour, et 3 fois par semaine.

Le Kegel

Il s’agit d’une méthode par contraction de la partie pelvienne. Pour localiser les muscles pelviens, urinez et ralentissez ou stoppez l’écoulement de l’urine.

Vous vous concentrez sur les muscles qui s’étendent pendant cette interruption d’urine. Vous devez ainsi vous exercer à contracter ces muscles aussi longtemps que possible et répéter les gestes.

Pendant la pratique, vous allez sentir la tension du pénis à l’anus, et vos testicules se relèvent un peu pendant la contraction.

Le résultat de ces deux méthodes peut prendre du temps donc il faut les faire régulièrement et intensément.

➢ Les produits naturels pour agrandir la taille du pénis

Rappelons que ces méthodes citées plus haut peuvent être dangereuses si vous ne maîtrisez pas la technique, de plus, elles prennent beaucoup de temps.

Pour pallier ces problèmes, des spécialistes ont proposé des pilules, fabriquées à partir de produits naturels. Non seulement les produits naturels pour augmenter la taille du pénis sont plus sûrs, mais ils agissent plus rapidement.

S’il y a bien une chose que l’homme aurait voulu voir être plus grand que son égo, c’est bel et bien la taille de son attribut. Du coup grossir le pénis devient une obessesion! En effet, la quasi-totalité des hommes vouent un véritable culte et sont focalisés sur la taille de leur pénis.

Malheureusement, une grande majorité de ces hommes ne sont pas satisfaits de la taille de leur sexe et veulent absolument y ajouter quelques centimètres en plus. Ils se ruent donc sur toutes les solutions ou pseudos solutions trouvées par-ci et par-là, sans savoir dans quoi ils s’embarquent.

Dans cet article, nous allons parler, messieurs, des solutions et astuces pour avoir un grand pénis.

Les pilules pour grossir le pénis

Cela fait depuis longtemps que l’industrie pharmaceutique s’est penchée sur cette question concernant la taille du sexe de l’homme.

Plusieurs pilules ont déjà été élaborées en clinique et ont même pu être mises sur le marché. La plupart d’entre elles nécessitait qu’on les prenne régulièrement pendant plusieurs mois pour observer les résultats tant espérés.

Les plus célèbres sont ceux qui sont faites à base de produits naturels. En effet, celles-ci permettent à l’homme de grossir son pénis et d’obtenir ces quelques centimètres de plus sans pour autant mettre en jeu sa santé.

Malheureusement, plusieurs personnes sans scrupules ont décidé de s’enrichir en proposant aux clients de la contrefaçon. Il est donc fortement conseillé de consulter un spécialiste et de s’informer sur l’origine des pilules avant toute consommation, pour éviter quelque désagrément que ce soit.

Les extenseurs péniens ne font pas grossir un pénis

Les extenseurs péniens sont des appareils vous permettant d’étirer votre pénis, plus précisément les fibres musculaires présents dedans. Considéré à la base comme un dispositif médical, l’extenseur pénien joue également un rôle dans la lutte contre la maladie de la Peyronie, qui rappelons-le, est responsable de la courbure du pénis.

Toutefois, pour espérer voir des résultats, il est conseillé d’investir dans des modèles qui ont déjà fait leurs preuves. En effet, ce ne sont pas tous les extenseurs péniens qui peuvent apporter les résultats escomptés.

Il convient également de rappeler que pour voir ces centimètres en plus apparaître dans votre caleçon, il vous faudra le porter 6 à 8 heures par semaine. Apparemment, l’idéal serait de le porter deux fois par jour pendant 2h à chaque fois.

Attention ! L’usage abusif ou la mauvaise utilisation de cet appareil aura immanquablement des conséquences sur votre santé, surtout sexuelle.

La chirurgie pénienne

L’une des autres solutions mises à la disposition de l’homme pour avoir un grand pénis est de recourir à la pénoplastie. Cette opération effectuée uniquement par des spécialistes, consiste à agrandir le pénis aussi bien en longueur qu’en largeur. On en distingue notamment deux types :

La première opération consiste à injecter de la graisse dans la verge. Cette graisse sera notamment prélevée soit au niveau du ventre, soit au niveau de la cuisse du patient. Celle-ci aura normalement pour effet de donner plus de circonférence à votre pénis aussi bien au repos qu’en érection.

La deuxième opération est plus complexe, car elle repose sur la « libération du ligament suspenseur de la verge qui la relie à l’os du pubis ». Par contre, cette fois-ci, les résultats ne se verront qu’au repos car elle ne change en rien la taille du pénis en érection.

Les spécialistes eux-même tiennent à rappeler que cette méthode n’est pas sans risques. Apparemment, mal faite, elle pourrait même aboutir à des troubles érectiles. Il sera donc judicieux d’y réfléchir à deux fois si adopter cette option en vaut réellement la peine.

L’exercice de Kegel et le Jelqing pour un gros pénis

Tout d’abord, pour l’exercice de Kegel le principe est simple : tonifier et renforcer les muscles contrôlant l’érection pour une vie sexuelle plus épanouie à celui qui le pratique.

Donc, avant toute chose, vous devez localiser les muscles du plancher pelvien. Rappelons que l’exercice de Kegel a pour but à la fois de fortifier mais également de tonifier le pénis.

Pour ce faire, il y a deux types de mouvement à répéter. Le premier, qui est un exercice de tonification du sexe, est de contracter les muscles cités plus hauts en essayant de tenir le plus longtemps possible puis de relâcher.

Quant à l’exercice de tonification, ce sera tout à fait le contraire. Cette fois-ci, vous devrez alterner assez rapidement et plusieurs fois, contraction et décontraction. Rappelons que pour que l’exercice soit complète, il faudra faire les deux mouvements.

Le jelqing quant à lui est une pratique consistant à former un anneau avec son pouce et son index, d’aller à la base du pénis, et de remonter lentement vers le gland, sans pour autant toucher celui-ci, tout en exerçant une certaine pression. Le processus devra être répété plusieurs fois pour pouvoir espérer voir des résultats concluants.

Une loupe

Nul besoin de commentaires pour argumenter cette dernière solution. Je crois que vous l’aurez compris.

Mais blague à part, avant de foncer tête baissée vers telle ou telle solution miracle pour avoir un grand pénis, posez-vous deux secondes et réfléchissez à la solution qui n’aurait aucun impact sur votre santé.

Il est inutile de vous rappeler messieurs que prendre des risques inutilement ne sert à rien. Et que ce n’est pas le pénis qui fait jouir la femme, c’est l’homme.

Toutefois si vous ressentez un véritable besoin de faire quelque chose pour changer les mensurations de votre sexe, n’hésitez pas à consulter un spécialiste.

De plus en plus de spécialistes sont plus orientés vers l’option “produits naturels”. Naturellement, ils vous donneront la meilleure alternative qui soit sans que vous ayez à jouer avec votre santé.

La baisse de la testostérone est devenue un problème récurrent chez beaucoup de personnes. Et malheureusement, un manque de testostérone peut ainsi engendrer plusieurs conséquences fâcheuses sur le plan physique, sexuel et psychologique.

Cette déficience est aussi appelé hypogonadisme masculin. Et au-delà des 45 ans, cela est considéré comme un signe de ce que l’on appelle l’andropause. La baisse de la libido est un phénomène qui a, sans aucun doute, des répercussions sur le métabolisme de la personne qui en souffre.

Les Causes de la baisse de testostérone

À partir de 25 ans, la production de testostérone décroît naturellement. Mais à part le vieillissement, qui est la raison la plus connue, plusieurs causes peuvent encore l’expliquer.

Les pathologies des testiculaires

De nombreuses pathologies des testicules en seraient à l’origine. Le manque de testostérone peut s’expliquer par une cryptorchidie. Cette anomalie de l’appareil génital masculin est plus connue sous le nom de « testicule non descendu » qui correspond comme son nom l’évoque à l’absence d’un testicule dans la bourse.
La chimiothérapie et les traitements par rayon aux niveaux des organes reproducteurs, des blessures au niveau des testicules ou atrophie testiculaire peuvent aussi être responsable d’une déficience en testostérone.

Les troubles cérébrales

Des troubles cérébrales pourraient contribuer à cette déficience en hormone sexuelle mâle.

La production de la testostérone se fait en effet au niveau des testicules, mais elle est stimulée et régulée par le cerveau. Soient par les deux hormones produites par l’hypothalamus et l’hypophyse. Donc, toute lésion à ce niveau peut avoir des conséquences sur la production de testostérone.
Certains syndromes vont également avoir des répercussions sur le taux de sécrétion de l’hormone. Comme celles d’origine cérébrale, le syndrome de Kallmann qui est une maladie génétique.

Les maladies chroniques

Certaines maladies chroniques engendrent le déséquilibre hormonal en impliquant les organes comme les reins, le foie, les poumons. Les problèmes sont quelquefois des entraves à la circulation sanguine vers le pénis ou une affection nerveuse.

Elles induisent donc un manque de testostérone dû à des troubles fonctionnelles engendrés par la maladie. Tel est le cas des pathologies cardiaques ou encore du diabète de type 2. Mais aussi des maladies génétiques, comme l’hémochromatose qui se traduit par une trop forte concentration de fer dans l’organisme.

Les traitements médicaux

Les autres raisons sont parfois liées aux traitements médicaux. Une intervention chirurgicale qui aurait endommagée l’hypothalamus ou l’hypophyse serait une cause directe.

La prise de certains médicaments peuvent aussi expliquer les troubles au niveau de la testostérone. Notamment les opiacés, les glucocorticoïdes, les analgésiques et les stéroïdes anabolisants. Ceux-ci risquent d’inhiber la production naturelle de la testostérone. Des effets plus prononcés encore pour les prises d’androgène de synthèse, ou les traitements à base d’oestrogène.

Le mode de vie baisse la testérone

Le mode de vie est aussi à bien choisir. Car l’obésité est reconnu comme facteur d’une production inférieure en testostérone. L’aromatase, substance exprimée dans les adipocytes ou cellules spécialisées dans le stockage de la graisse, est responsable de la conversion de la testostérone en œstrogène.
Elle est ainsi produite en excès chez ces sujets. Le zinc est un inhibiteur de l’aromatase. C’est pourquoi un manque de zinc peut également entraîner une carence en testostérone.

D’autres carences alimentaires sont également à surveiller. À commencer par une carence en sélénium, ou encore en cuivre.

Les solutions pour augmenter la testostérone

Il est recommandé de consulter son médecin et de faire un test sanguin pour savoir si la production de testostérone est suffisante. Il sera réaliser à jeun (donc le plus souvent le matin).

En effet, une valeur de plus de 5ng/L est la concentration en testostérone normale. Entre 3 et 5 ng/L, il faudra procéder à des examens complémentaires tandis qu’en-dessous de 3 ng/L, vous aurez à explorer les options d’un traitement.

La substitution de testostérone est devenue une tendance comme un traitement prometteur des symptômes liés au vieillissement chez l’homme. Il existe divers traitements médicaux de substitution à la testostérone. Il est important d’en discuter avec votre médecin et de vous renseigner sur les possibles effets secondaires.

Votre médecin traitant ou votre endocrinologue sont les seuls à pouvoir vous en prescrire. De même pour une supplémentation en testostérone parce que toutes les formes exogènes, à commencer par les stéroïdes, ne sont pas recommandées.

Auparavant, ils ne se présentaient que sous forme d’injections. Aujourd’hui, ils se renouvellent et se modernisent pour des produits plus facile d’utilisation comme des gels à application locale.

Malgré l’évolution considérable de ces produits au cours de ces dernières années, ils font encore l’objet de nombreux débats quant à leur fiabilité ainsi que sur leurs effets secondaires.

D’ailleurs de récentes études démontrent que ces traitements sont associés à des risques accrus d’accidents cardio-vasculaires ou encore de cancer de la prostate.
Il est nécessaire de faire davantage de recherches sur les bénéfices et les risques liés à la prise de ce type de traitement.

Avant d’envisager de suivre ce genre de traitement, reprendre une production normale de testostérone est tout à fait possible. Et ceci en explorant en premier d’autres options plus naturelles.

Vous serez ainsi capable de produire des niveaux satisfaisants de testostérone sans le moindre risque pour votre santé, ni sur le court ni à le long terme.
Le lien étroit entre notre mode de vie, le régime alimentaire et nos conditions de santé est indéniable. Prendre soin de vous constitue déjà un moyen très efficace d’augmenter votre taux de testostérone.

En effet, comme mentionné précédemment, le manque de sommeil, des niveaux importants de stress, des carences en vitamines et en oligo-éléments (zinc, sélénium,…) sont des facteurs conduisant à la baisse de testostérone produite par le corps. Il faudra donc penser à revoir votre régime alimentaire en y ajoutant les éléments qui pourront contribuer à sa régénération.

Pour cela, valorisez la consommation de bons acides gras (oméga 3) et des protéines. Et ajoutez-y une activité physique soutenue et régulière. Et entre autre, s’abstenir de consommer de l’alcool serait un plus car l’inflammation induite par l’alcool dégrade la production hormonale.

Autres ressources :

Comment fonctionne la testostérone
Faible testostérone : signes et symptômes